Les pratiques nautiques ont des répercussions sur la santé de l’écosystème. En effet, les embarcations motorisées contribuent à l’érosion des rives et la mise en suspension des sédiments, en plus d’augmenter les risques de pollution par les hydrocarbures et de déranger la faune aquatique. 

Les plaisanciers ont donc avantage à adopter des comportements qui favorisent leur sécurité, la cohabitation des usagers et la santé du plan d’eau. 

Comportements sécuritaires et écologiques  

  1. Propulsion aérobique, musculaire ou éolienne et électrique : aucune pollution. 
  2. Moteurs quatre-temps, beaucoup moins polluants que les moteurs deux-temps. 
  3. Vitesse modérée : conduite plus respectueuse et plus curitaire favorisant la cohabitation des utilisateurs du pan d’eau.  
  4. Mesures préventives de sécurité commle port du gilet de sauvetage. 
  5. Conduite avec concentration et lucidité. 
  6. Vitesse réduite dans la zone des premiers 50-100 mètres de la rive. 
  7. Départ perpendiculaire à la rive, facteur de protection et de prudence. 
  8. Conduite courtoise et respectueuse envers les embarcations non motorisées. 
  9. Navigation loin des zones sensibles, des marais, des frayères, etc. 
  10. Conduite respectant les lois eles normede curité. 

Comportements polluants et dangereux 

  1. Moteurs à combustion : bruyants, malodorants et dangereux pour l’environnement. 
  2. Moteur deux-temps : mécanique désuète qui pollue l’eau et l’air. 
  3. Vitesse élevée : augmentation du bruit et des risques d’accident. 
  4. Absence de gilet de sauvetage. 
  5. Conduite sous facultéaffaiblies par l’alcool ou les drogues. 
  6. Vitesse excessive dans les premiers 50-100 mètres de la rive. Ceci est particulièrement dommageable avec les bateaux de type wakeboat. 
  7. part parallèle à la rive, facteur d’érosion et d’accidents graves. 
  8. Conduite agressive et hasardeuse près des autres embarcations. 
  9. Agression des zones sensibles comme les aires de nidification et les frayères. 
  10. Conduite négligente et criminelle. 

Les impacts économiques du laisser-aller : dévaluation des propriétés riveraines 

Lrèglementation de l’usage des bateaux à moteur sur un lac peut influencer la valeur des résidences de villégiature qui y sont établies. En effet, des agents immobiliers ont noté durant l’été 1997 que certaines propriétéétaient difficiles à vendre lorsqu’elles étaient situées au bord d’un lac ennuyé par le bruit ou par legaz d’échappement. Par contre, d’autres lacs, protégés par une réglementation interdisant ou limitant les bateaux moteurs, voient la valeur des propriétés monter considérablement. 

Les impacts économiques d’une règlementation sur la vie nautique ne sont donc pas négligeables si on prend en considération la part grandissante des budgets municipaux que représente l’ensemble des propriétés au bord de l’eau. 

Voilà pourquoi il est si important d’agir maintenant pour préserver la qualité de vie sur nos plans d’eau au Québec, autant pour des raisons économiques que pour la protection des milieux aquatiques. 

Pour plus d’information

Rapport sur le nautisme et la sécurité (Rapport Boucher) 

En 1999, des personnes provenant du milieu du nautisme, des groupes environnementaux, des autorités municipales, de la formation et de la sécurité nautique ainsi que le gouvernement se sont réunis afin de créer un rapport sur le nautisme et sa sécurité. Pour ce faire, ils ont consulté la population et les personnes reliées au milieu. Plusieurs problèmes ont été soulevés et quelques recommandations ont été proposées dans le rapport. 

Règlementation municipale

Quoique la navigation de plaisance soit de compétence fédérale, les municipalités ont le pouvoir d’imposer certaines restrictions sur la navigation en déposant une demande auprès de Transports Canada.  Pour plus d’information à ce sujet, consultez le site Web du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation.

Autres ressources à consulter