Étude de cas

Myriophylle à épis

Innovation face à l’invasion

Mise en contexte

Le myriophylle à épis est une plante aquatique arrivée en Amérique du Nord vers les années 1940 et qui provient de l’Europe, de l’Asie et de l’Afrique du Nord. Elle est maintenant l’une des plantes aquatiques exotiques envahissantes les plus répandues et elle se retrouve dans près de 200 lacs au Québec. Son mode de reproduction efficace et sa grande facilité d’adaptation à différentes conditions font d’elle un ennemi redoutable pour les riverains et les usagers des plans d’eau. Diminution de la diversité des plantes aquatiques, modification des populations de poissons, perte d’usages (baignade, canot-kayak-pédalo, pêche, navigation, etc.), obstacle à la vente des propriétés : ses impacts environnementaux, sociaux et économiques sont non négligeables.
bateau toile myriophylle Candock

Le RAPPEL s’est d’abord impliqué dans la lutte contre le myriophylle à épis en 2010 en réalisant un inventaire et un plan d’intervention pour un cours d’eau aux prises avec la problématique. Nous avons ensuite expérimenté différentes méthodes de contrôle pour élaborer, en 2013, une stratégie de lutte plus globale grâce à une solide expertise forgée par l’expérience. Depuis 2014, le RAPPEL a supervisé des projets de lutte au myriophylle à épis (MAE) dans une dizaine de lacs de l’Estrie.

Nous collaborons avec nos membres et certaines institutions de recherche pour raffiner nos méthodes et développer des façons de faire novatrices et adaptées aux réalités de nos clients. En plus de notre barge automatisée et de l’utilisation de drones aquatique et aérien, nous avons réinventé l’arrachage manuel avec notre « aspiriophylle », un équipement spécialisé pour les plongeurs. Nous sommes constamment à la recherche de solutions pragmatiques et efficaces.

«

Une équipe dynamique, dédiée aux associations. Des professionnels qui savent s’adapter et travailler avec les bénévoles. Une équipe toujours à la recherche de nouvelles données et de nouvelles techniques pour l’éradication des espèces aquatiques exotiques envahissantes. Merci!

Louise Chrétien, vice-présidente de l’Association pour la protection du lac Brompton

»

pieds carrés de toile de jute installée par le RAPPEL en 2019

pieds carrés de toile synthétique installée par le RAPPEL en 2019

jours d’arrachage manuel du myriophylle à épis effectué par notre équipe dans différents lacs

Au fil des ans, il est devenu clair que l’éradication complète du myriophylle à épis est utopique. Toutefois, la plante peut être contrôlée afin de maintenir ses populations à un niveau acceptable et ainsi récupérer les usages tels que la navigation et la baignade dans la zone littorale, protéger la valeur foncière des résidences et réduire sa vitesse d’envahissement d’un plan d’eau. Nous continuons ardemment la recherche et le développement pour créer davantage d’outils de prévention et de contrôle efficaces, mais aussi pour partager à nos membres les plus récentes connaissances dans le domaine.

C’est l’heure de passer à l’action? Obtenez nos nombreux conseils!