logo-RAPPEL-25-anniversaire

COLLOQUE SUR L’EAU

Le Colloque sur l’eau, présenté par le RAPPEL, est un évènement virtuel ouvert à tous visant à rassembler les différents acteurs de l’eau du Québec en leur offrant de l’information pratique sur les enjeux qu’ils rencontrent.

Jeudi 4 avril 2024

Enjeux d’aujourd’hui

Vendredi 5 avril 2024

Passage à l’action

L’événement se tiendra entièrement en ligne sur Zoom les 4 et 5 avril 2024.
Merci de vous inscrire en remplissant le formulaire au bas de la page.

Programmation

Jeudi 4 avril 2024

Enjeux d’aujourd’hui

13 h 00

Mot d’ouverture

13 h 05

L’impact des changements climatiques sur nos lacs

par Cindy Paquette, Université du Québec à Trois-Rivières

Détails

Les changements climatiques sont l’une des menaces les plus sérieuses pour les écosystèmes lacustres mondiaux. En effet, les lacs sont reconnus comme des sentinelles des changements climatiques, étant donné qu’ils réagissent rapidement aux perturbations climatiques, tant au niveau physique, chimique que biologique. Cette conférence portera d’abord sur les conséquences physiques les plus répandues des changements climatiques sur les lacs. Ensuite, les répercussions écologiques et environnementales de ces modifications seront abordées, ainsi que quelques pistes de solution. 

Cindy Paquette, postdoctorante, Université du Québec à Trois-Rivières

Cindy Paquette est postdoctorante à l’Université du Québec à Trois-Rivières, sous la supervision de Vincent Fugère en collaboration avec le MELCCFP. Ses recherches portent sur les indicateurs de la qualité de l’habitat du poisson dans les lacs du Québec. Elle est diplômée du doctorat en biologie de l’Université du Québec à Montréal, supervisée par Beatrix Beisner. Dans le cadre du réseau Lake Pulse sur l’état de santé des lacs canadiens, sa thèse portait sur les variations spatiales et temporelles du zooplancton reliées aux activités humaines et à la qualité de l’eau des lacs à travers le Canada.

14 h 00

Installations septiques : mythes et réalités

par Christopher Jean, Soluo

Détails

L’objectif de cette formation est de présenter les principes de base ainsi que la réflexion derrière les différents choix possibles d’une installation septique en fonction de sa région et de son environnement. Du cadre règlementaire jusqu’aux inspections d’installation septiques, vous serez maintenant en mesure de bien conseiller vos membres ou citoyens quant à la réalité de leur propriété aux abords d’un cours d’eau.

Christopher Jean, T.P., vice-président conception, Soluo

Soluo, c’est la référence en installation septique au Québec. Née des opérations de l’entreprise Devcon fondée en 1995, l’entreprise compte 65 experts à travers le Québec, dont 30 dans les Laurentides, spécialisés en inspections, tests de sol et travaux d’installation septique. Sa mission : changer le monde, une installation septique à la fois. Christopher Jean est co-propriétaire de Soluo. Il est technicien en génie civil depuis 2011 et a été entrepreneur en excavation pendant plus de 10 ans.

Les moules d’eau douce indigènes au Québec et la vulnérabilité des lacs à la moule zébrée

par Annie Paquet, Ministère de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs (MELCCFP)
et Mélissa Laniel, RAPPEL

Détails

Lors de cette conférence, nous discuterons d’abord d’un des groupes les plus précaire en Amérique du Nord, les moules d’eau douce indigènes, communément appelées les mulettes. Nous présenterons les 22 espèces de moules indigènes au Québec ainsi que leurs caractéristiques pour les différencier des espèces invasives. Nous aborderons également leur cycle de vie particulier impliquant les poissons, l’importance des moules indigènes dans les écosystèmes, les menaces auxquelles elles font face et pourquoi une protection et réglementation ont été mises en place pour les protéger.

Dans un second temps, le RAPPEL présentera les principaux résultats d’un rapport produit en 2023 en collaboration avec Pêches et Océans Canada et le MELCCFP. Le RAPPEL y a réalisé une analyse des concentrations en calcium d’environ 700 lacs participants au Réseau de surveillance volontaire des lacs (RSVL). L’objectif : brosser un portrait des lacs les plus vulnérables à une potentielle invasion de moules zébrées, en établissant un classement de ceux-ci en fonction de leur concentration en calcium. Puisque ce facteur est déterminant en ce qui a trait au potentiel de survie et de reproduction de la moule zébrée, les résultats ont permis de cibler les lacs et secteurs à risque afin de mettre en place des mesures de prévention qui diminueront la probabilité d’une invasion.

Annie Paquet, technicienne principale de la faune, Direction de la gestion des espèces aquatiques, Direction principale de l’expertise sur la faune aquatique, MELCCFP

Annie Paquet est spécialiste et responsable des moules d’eau douce indigènes au MELCCFP. Elle cumule plus de 24 ans d’expérience sur ce groupe d’espèces. Elle est auteure et coauteure de plusieurs rapports et publications sur le sujet, dont le rapport de situation du COSEPAC sur l’obovarie olivâtre au Canada et le rapport sur la situation de l’anodonte du gaspareau au Québec. Elle fait des inventaires et supervise divers projets pour documenter la situation des espèces en déclin. Elle collabore avec des chercheurs au Canada et à l’international pour faire avancer les connaissances sur ce groupe d’espèces. Elle donne entre autres des formations sur les moules d’eau douce indigènes, elle développe et adapte des outils et des protocoles pour la gestion de ce groupe d’espèces.

Mélissa Laniel, coordonnatrice de l’équipe de limnologie et des services associatifs, RAPPEL

Lors de son baccalauréat en Sciences biologiques à l’Université de Montréal, il y a une vingtaine d’années, Mélissa a eu l’occasion de s’initier à la limnologie. Elle a ensuite parfait ses connaissances en gestion de l’eau et en aménagement du territoire dans le cadre de sa maîtrise en sciences appliquées à la même université. Vulgariser les connaissances scientifiques, mobiliser les acteurs de l’eau et proposer des solutions concrètes afin de protéger la santé des lacs : voilà les motivations que Mélissa a eu la chance de mettre en œuvre durant 14 ans dans le cadre de son emploi au Conseil régional de l’environnement des Laurentides. Elle a rejoint les rangs du RAPPEL à l’été 2021 avec comme objectif de faire rayonner son expertise en élargissant son champ d’action à l’ensemble des associations de lacs du Québec.

15 h 00

Les débordements d’eaux usées : concepts généraux et bonnes pratiques

par Gabriel Cliche, Fondation Rivières

Détails

Il y a eu plus de 57 000 débordements d’eaux usées au Québec en 2022. Au-delà de ce chiffre ahurissant, qu’est-ce que cela implique pour le milieu aquatique? Qu’est-ce que cela indique sur l’état des ouvrages d’assainissement du Québec? Quelles sont les actions qu’un citoyen ou une municipalité peuvent prendre pour diminuer leurs impacts dans le milieu? Cette conférence répondra à toutes vos questions concernant les débordements et ce qui peut être fait pour les réduire.

Gabriel Cliche, B. Sc. A., Conseiller en valorisation de données et qualité de l’eau, Fondation Rivières

Détenteur d’un baccalauréat en environnements naturels et aménagés de l’Université Laval ainsi que d’un diplôme d’études collégiales en assainissement des eaux du Cégep de Saint-Laurent, Gabriel se spécialise dans l’interprétation de diverses données pour des fins de gestion et de protection des ressources hydriques.

Fort de ses nombreuses expériences professionnelles et académiques en recherche documentaire, en exploitation de systèmes de traitement d’eau potable et usées, en analyse de données ainsi qu’en échantillonnage, il voit à l’identification de sources de pollution pour différentes rivières et au développement de stratégies visant la mise en place de solutions concrètes avec le milieu.

Espèces fauniques envahissantes au Québec : portrait de la situation et les cas des vivipares et le cladocère épineux  

par Jesica Goldsmit, Ministère de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs (MELCCFP)

Détails

Les espèces envahissantes sont de grandes menaces à la Biodiversité et, avec les changements climatiques, elles mettent en péril des habitats, des populations et communautés. En plus, elles ont d’importants impacts économiques, au point d’être aussi coûteuses que des catastrophes naturelles. Le Québec n’est pas épargné de la problématique concernant les espèces aquatiques envahissantes. Il compte au moins une dizaine d’animaux aquatiques exotiques établis sur son territoire. Nous parlons d’établissement quand l’espèce n’est pas seulement présente, mais qu’une population s’y reproduit. Cela signifie que les conditions environnementales sont propices pour la survie, la croissance et la reproduction. Nous pouvons trouver les vivipares et le cladocère épineux comme exemples dans cette catégorie. Un survol des espèces aquatiques envahissantes au Québec sera effectué, en plus de mettre l’accent sur les différents vecteurs d’introduction.

Jesica Goldsmit, PhD., biologiste dans l’équipe des espèces aquatiques envahissantes, Direction principale de l’expertise sur la faune aquatique, Ministère de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs (MELCCFP)

Dr Jesica Goldsmit est une biologiste qui s’est toujours intéressée à la distribution des espèces et à l’amélioration des connaissances relatives aux espèces aquatiques envahissantes en évaluant leur risque. Elle a fait ses études de biologie à l’Université nationale de Cordoba (UNC), en Argentine, et a eu la chance de venir au Canada pour faire un doctorat en océanographie à l’Université du Québec à Rimouski (UQAR). Elle a poursuivi ses recherches en tant que postdoctorante à Pêches et Océans Canada. Depuis 2022, elle occupe un poste de biologiste en évaluation des risques liés aux espèces aquatiques envahissantes au sein du ministère de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs.

16 h 00

Est-ce que la foresterie qui se pratique aujourd’hui au Québec menace l’eau?

par Sylvain Jutras, Université Laval

Détails

Cette présentation concernant l’hydrologie forestière vise à expliquer les principaux processus impliqués dans le cycle de l’eau en milieu forestier afin de mettre en valeur les effets réels des activités forestières sur le comportement du réseau hydrique. L’emphase sera mise sur l’enjeu de détérioration des habitats aquatiques par le sous-entretien de la voirie forestière, et plus précisément des traverses de cours d’eau. 

Sylvain Jutras, professeur titulaire à la faculté de foresterie, de géographie et de géomatique de l’Université Laval

Professeur titulaire au sein de la faculté de foresterie, de géographie et de géomatique de l’Université Laval, Sylvain Jutras (ing.f., Ph.D) enseigne plusieurs cours couvrant les concepts de l’hydrologie appliqués aux milieux forestiers et humides. Ses domaines d’expertises sont liés aux effets de l’aménagement forestier sur l’eau, à la voirie forestière, à la mesure de la neige en milieu forestier, à l’hydrologie des tourbières ainsi qu’à la cartographie hydrographique à partir de données LiDAR. 

17 h 00

Fin de la première journée

Vendredi 5 avril 2024

Passage à l’action

13 h 00

Mot de bienvenue

13 h 05

Navigation : le Règlement sur les restrictions visant l’utilisation des bâtiments 

par Arianne Gagné et Marc Racine, Transports Canada 

Détails

Deux agents de développement de la sécurité nautique de Transports Canada présenteront les grandes lignes du Règlement sur les restrictions visant l’utilisation des bâtiments et répondront à vos questions. 

Le Bureau de la sécurité nautique est responsable de la surveillance de la réglementation, des normes et des politiques, ainsi que de leur application et des services techniques relatifs aux embarcations de plaisance. Il fait la promotion de pratiques nautiques sécuritaires et du respect de la réglementation.

14 h 00

Gérer les cours d’eau par espace de liberté 

par Pascale Biron, Université Concordia

Détails

Cette conférence présentera quelques notions de base en hydrogéomorphologie sur les processus naturels des cours d’eau (inondation, érosion) et le lien entre la dynamique des méandres et la création de milieux humides riverains.

La méthodologie de cartographie de l’espace de liberté des cours d’eau sera brièvement présentée, de même que des exemples d’application de ces concepts pour des enjeux de sécurité publique, ainsi que pour la restauration de l’habitat de poisson dans les rivières.

Pascale Biron, professeure au département de géographie, urbanisme et environnement, Université Concordia

Pascale Biron détient une formation en hydrogéomorphologie (Ph.D. en géographie, Université de Montréal, 1995). Elle est professeure au département de géographie, urbanisme et environnement de l’Université Concordia depuis 1998. Ses travaux de recherche portent sur la restauration des cours d’eau pour l’habitat de poisson, sur la gestion durable des cours d’eau en milieu agricole, sur la cartographie des zones inondables et la modélisation hydrodynamique. Elle a notamment travaillé sur le concept d’espace de liberté des rivières qui vise à accroître la résilience des systèmes fluviaux.

 

14 h 20

Étude de cas – Redonner la liberté à la rivière Bulstrode par la mise en place d’une servitude de conservation

par Joël Lambert, Ville de Victoriaville
et Karine Labelle, Nature-Avenir

Détails

Dans le cadre du projet de restauration du réservoir Beaudet, un projet de compensation approuvé par le MELCCFP et le MPO devait être élaboré pour effectuer les travaux requis. Le projet choisi et réalisé a été l’aménagement d’une servitude de conservation perpétuelle sur des terres cultivées dans l’espace de liberté de la rivière Bulstrode. La démarche utilisée et les résultats obtenus seront exposés afin qu’une telle démarche puisse être reproduite.

Joël Lambert, directeur du Service des infrastructures de la Ville de Victoriaville

Joël Lambert, ingénieur, a travaillé plus de 9 ans comme chargé de projet dans une firme d’ingénierie, puis à Trois-Rivières et Victoriaville, où il a réalisé des projets variés de gestion des eaux. Joël occupe depuis 6 ans des postes de direction à la Ville de Victoriaville, étant actuellement directeur du Service des infrastructures.

Karine Labelle, coordonnatrice à la conservation chez Nature-Avenir

Karine Labelle est biologiste et détient une maîtrise en gestion de l’environnement. Elle œuvre depuis 2021 au sein de l’organisme de conservation, Nature-Avenir, au poste de coordonnatrice de projets. Plus précisément, elle entreprend des actions sur la conservation légale et perpétuelle des milieux naturels d’intérêts.

 

15 h 00

Panel – Les associations de lacs, acteurs de changement aux défis multiples

par Alain Meunier, Communagir
Isabelle Béliveau
, Éco-Motion
Mélissa Laniel
, RAPPEL
Michèle Lacoste, Regroupement des lacs et des cours d’eau de Sainte-Marguerite–Estérel

Détails

Alain Meunier, conseiller recherche et développement chez Communagir

Alain Meunier est conseiller en recherche et développement chez Communagir, dont il est un des cofondateurs. Alain possède une formation en études autochtones (développement communautaire) de l’Université́ Trent et détient une maîtrise en intervention auprès des systèmes humains de l’Université́ Concordia. Il accompagne des démarches collectives depuis 2004.

Alain travaille à faire évoluer les pratiques de l’agir ensemble pour relever les défis critiques auxquels nos sociétés sont confrontées. Il est à l’affût de nouvelles approches et collabore à différents projets de recherche et de développement d’outils visant à générer de nouvelles pratiques de développement collectif plus équitables, inclusives et durables.

Isabelle Béliveau, fondatrice et directrice générale d’Éco-Motion

Isabelle Béliveau détient un baccalauréat en Études de l’environnement de l’Université de Sherbrooke et est fondatrice-directrice générale de l’organisme Éco-Motion. En 2015, elle commence à étudier nos émotions face au désastre écologique grâce aux domaines émergents de la psychologie environnementale. À travers son implication dans Éco-Motion, elle intervient depuis 3 ans dans divers milieux pour accompagner les personnes dans un processus adaptatif face aux transformations rapides du monde.

Mélissa Laniel, coordonnatrice de l’équipe de limnologie et des services associatifs du RAPPEL

Lors de son baccalauréat en Sciences biologiques à l’Université de Montréal, il y a une vingtaine d’années, Mélissa a eu l’occasion de s’initier à la limnologie. Elle a ensuite parfait ses connaissances en gestion de l’eau et en aménagement du territoire dans le cadre de sa maîtrise en sciences appliquées à la même université. Vulgariser les connaissances scientifiques, mobiliser les acteurs de l’eau et proposer des solutions concrètes afin de protéger la santé des lacs : voilà les motivations que Mélissa a eu la chance de mettre en œuvre durant 14 ans dans le cadre de son emploi au Conseil régional de l’environnement des Laurentides. Elle a rejoint les rangs du RAPPEL à l’été 2021 avec comme objectif de faire rayonner son expertise en élargissant son champ d’action à l’ensemble des associations de lacs du Québec.

Michèle Lacoste, présidente du Regroupement des lacs et des cours d’eau de Sainte-Marguerite–Estérel

Michèle Lacoste est présidente de l’Association des résidents et propriétaires du Lac-Croche de Sainte-Marguerite-Estérel depuis 2012. Elle est également impliquée dans les activités du Regroupement des lacs et des cours d’eau de Sainte-Marguerite-Estérel (RDL) depuis 2011, et agit à titre de présidente du conseil d’administration depuis sa conversion en OBNL en 2017. Ce dernier a comme mission de mettre les forces en commun afin de promouvoir la protection de l’environnement sur le territoire de l’agglomération de Sainte-Marguerite-Estérel et des municipalités ayant des lacs ou cours d’eau limitrophes via des activités de sensibilisation, d’éducation et de formation auprès des citoyens, des associations, des employés municipaux, des élus, etc. Michèle est également administratrice du RAPPEL depuis 2021.

16 h 20

Fin du colloque

Inscription

Grille de tarifs

* Par « Association », nous entendons tout regroupement citoyen voué à la protection d’un lac, cours d’eau ou Milieu humide.

** Taxes en sus.

Modalités

  • L’évènement se déroulera entièrement sur Zoom.
  • Il sera possible de se connecter à tout moment durant l’évènement.
  • L’inscription est gratuite pour les membres de la coopérative RAPPEL (jusqu’à 10 personnes par organisation).
  • Les visuels de la majorité des présentations seront rendus disponibles après l’évènement (conditionnel à l’acceptation des conférenciers).
  • Des périodes de questions suivront les conférences.
  • L’évènement ne sera pas enregistré, et ne sera donc pas disponible en rediffusion.

Formulaire d’inscription

Consultez les pages des éditions précédentes :