logo-RAPPEL-25-anniversaire

COLLOQUE SUR L’EAU

Le Colloque sur l’eau, prĂ©sentĂ© par le RAPPEL, est un Ă©vĂšnement virtuel ouvert Ă  tous visant Ă  rassembler les diffĂ©rents acteurs de l’eau du QuĂ©bec en leur offrant de l’information pratique sur les enjeux qu’ils rencontrent. La troisiĂšme Ă©dition a eu lieu les 30 et 31 mars 2023. Merci aux participantes et participants!

Vous pouvez dĂ©sormais consulter les visuels des prĂ©sentations qui ont Ă©tĂ© donnĂ©es lors du Colloque sur l’eau, en format PDF! Consultez la programmation ci-bas et dĂ©couvrez ces nouveaux outils Ă  votre disposition.

30 mars 2023

L’amĂ©nagement du territoire Ă  la portĂ©e de tous

31 mars 2023

ProtĂ©ger nos lacs : oĂč en sommes-nous?

Programmation

Jeudi 30 mars 2023

L’amĂ©nagement du territoire Ă  la portĂ©e de tous

13 h 55

Mot d’ouverture

14 h 05

La nature nous rend de grands services

par Cynthia GagniĂšre, coordonnatrice, Abrinord

DĂ©tails
Description de la conférence

En 2021, Abrinord et la firme Habitat ont menĂ© Ă  terme un projet qui visait Ă  Ă©valuer la valeur Ă©conomique des milieux naturels du territoire de l’Organisme de bassin versant de la riviĂšre du Nord. Ces milieux participent Ă  la rĂ©gulation du climat en stockant et sĂ©questrant du carbone, au contrĂŽle de l’érosion et des polluants, Ă  l’attĂ©nuation des inondations et au maintien des habitats pour la biodiversitĂ©. Ils ont une valeur Ă©conomique totale estimĂ©e Ă  522,7 millions de dollars par annĂ©e. Cette prĂ©sentation mettra en lumiĂšre les principaux rĂ©sultats de l’étude ainsi que les recommandations afin de protĂ©ger les milieux naturels et les impressionnants services qu’ils rendent. 

Cynthia GagniĂšre, coordonnatrice, Abrinord 

Cynthia est diplĂŽmĂ©e d’un baccalaurĂ©at en gĂ©ographie environnementale de l’UniversitĂ© de MontrĂ©al et d’une maĂźtrise en gĂ©ographie Ă  l’UniversitĂ© du QuĂ©bec Ă  MontrĂ©al, profil amĂ©nagement du territoire et systĂšme d’information gĂ©ographique. Elle s’investit pleinement depuis plusieurs annĂ©es Ă  la gestion intĂ©grĂ©e de l’eau ainsi qu’à la protection des milieux naturels et hydriques du bassin versant de la riviĂšre du Nord depuis 2019. Ses principaux dossiers sont le plan directeur de l’eau, l’eau potable, les eaux souterraines, les inondations, la gĂ©omatique et le dĂ©veloppement et la coordination de projets. 

14 h 55

Pause

15 h 00

Les milieux humides de bord de lac : ces joyaux cachés

par AudrĂ©anne Loiselle, doctorante en sciences biologiques Ă  l’UniversitĂ© de MontrĂ©al
DĂ©tails
Description de la conférence

Les milieux humides de bord de lac sont des Ă©cosystĂšmes qui souffrent de leur emplacement mitoyen! SituĂ©s entre les lacs et les forĂȘts, ils tombent souvent dans la craque de divan des Ă©cologistes et sont gĂ©nĂ©ralement peu Ă©tudiĂ©s. Pourtant, ces systĂšmes, riches et hautement diversifiĂ©s, ont une grande importance Ă©cologique. Dans cette confĂ©rence, nous discuterons de ce qui les diffĂ©rencie des autres types de milieux humides. Leur Ă©cologie, leurs fonctions et services Ă©cologiques seront d’abord prĂ©sentĂ©s, puis les menaces auxquels ils font face, ainsi que les enjeux liĂ©s Ă  leur conservation et Ă  leur protection seront abordĂ©s. 

AudrĂ©anne Loiselle, doctorante en sciences biologiques Ă  l’UniversitĂ© de MontrĂ©al

AudrĂ©anne Loiselle est Ă©tudiante au doctorat en sciences biologiques Ă  l’UniversitĂ© de MontrĂ©al, et les milieux humides sont au cƓur de ses intĂ©rĂȘts de recherche. Elle s’intĂ©resse notamment Ă  leur biodiversitĂ©, leurs fonctions et services Ă©cologiques, leur conservation et aux impacts humains qu’ils subissent. Ces prĂ©sents travaux ont pour principal objectif d’amĂ©liorer notre comprĂ©hension des fonctions et services rendus par diffĂ©rents types de milieux humides de bord de lac, et de comprendre comment ils rĂ©pondront aux changements climatiques et aux changements d’utilisation du territoire. AudrĂ©anne se passionne Ă©galement pour la communication scientifique sous toutes ses formes et partage son amour pour les milieux humides sur les rĂ©seaux, dans des congrĂšs, dans l’enseignement universitaire et auprĂšs du grand public. 

15 h 50

Pause

15 h 55

Discussion – L’amĂ©nagement du territoire en prĂ©sence de lacs et cours d’eau

par Jean-François L. Vachon, urbaniste
MĂ©lanie Pelletier, avocate
Simon Lajeunesse, directeur au service de planification du territoire de la MRC de la Haute Yamaska

DĂ©tails
Description de la conférence

Afin de prĂ©server la santĂ© des lacs et cours d’eau, leur prĂ©sence sur un territoire devrait en influencer sa gestion. Un travail collaboratif entre les diffĂ©rents acteurs du bassin versant est ainsi vital pour permettre un amĂ©nagement durable du territoire. Lors d’une discussion, Jean-François Vachon, urbaniste, et Simon Lajeunesse, directeur au service de planification du territoire de la MRC de la Haute Yamaska, aborderont diffĂ©rents enjeux qui concernent les municipalitĂ©s, organismes et citoyens. 

Jean-François L. Vachon, urbaniste

Jean-François L. Vachon possĂšde prĂšs de 20 annĂ©es de pratique en environnement et en urbanisme au cours desquelles il a rĂ©alisĂ© plusieurs projets auprĂšs de municipalitĂ©s canadiennes et Ă  l’étranger. Il est prĂ©sident de JFLV consultants, une firme d’experts-conseils spĂ©cialisĂ©e en habitation, conservation des milieux naturels et dĂ©carbonation des municipalitĂ©s. Depuis 2014, Jean-François enseigne Ă  la maĂźtrise en environnement de l’UniversitĂ© de Sherbrooke sur les collectivitĂ©s viables, ce qui lui permet de rester informĂ© sur les nouvelles tendances, tout en partageant sa passion avec la relĂšve. Il est un professionnel reconnu pour sa vision globale en dĂ©veloppement durable et sa capacitĂ© Ă  assurer une collaboration entre les intervenants pour cheminer vers une vision concertĂ©e de l’amĂ©nagement du territoire. Il est membre de l’Ordre des urbanistes du QuĂ©bec en plus de faire partie de la premiĂšre vague de professionnels certifiĂ©s LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) depuis 2009.

MĂ©lanie Pelletier, avocate

MĂ©lanie Pelletier est titulaire d’un baccalaurĂ©at en droit de l’UniversitĂ© de Sherbrooke et est membre du Barreau du QuĂ©bec depuis 2002. De 2002 Ă  2018, elle a Ă©tĂ© avocate et associĂ©e dans des cabinets d’avocats pratiquant particuliĂšrement le droit de l’environnement, le droit municipal et de la construction. Depuis 2018, elle est Ă  d’une ville oĂč elle agit Ă  titre d’avocate et de greffiĂšre adjointe.

Elle intervient dans plusieurs dossiers, dont ceux de l’amĂ©nagement, de l’urbanisme et de la protection du territoire agricole, de l’application des lois environnementales, de l’éthique et de la dĂ©ontologie, du domaine de la construction. Elle offre un service-conseil, rĂ©vise et interprĂšte des contrats et des devis d’appel d’offres et reprĂ©sente de son employeur devant tous les tribunaux judiciaires et administratifs. 

En 2018, elle s’est jointe au RAPPEL en tant qu’administratrice.

Simon Lajeunesse, directeur au service de planification du territoire de la MRC de la Haute Yamaska

Titulaire d’un baccalaurĂ©at en biologie et d’une maĂźtrise en sciences de l’environnement, Simon Lajeunesse est directeur du service de la Planification du territoire Ă  la MRC de La Haute-Yamaska depuis 2021. Il a auparavant ƓuvrĂ© 16 ans comme coordonnateur Ă  la gestion de l’eau Ă  la MRC Brome-Missisquoi, oĂč il a notamment contribuĂ© Ă  la mise en place du cadre rĂ©glementaire sur la gestion des eaux de surface et du contrĂŽle de l’érosion et Ă  de nombreux projets en protection des milieux hydriques.

17 h 05

Mot de clĂŽture

17 h 10

Fin de la premiÚre journée

Vendredi 31 mars 2023

ProtĂ©ger nos lacs : oĂč en sommes-nous?

13 h 00

Mot de bienvenue

13 h 05

La capacité de support des lacs : de la théorie à la pratique

par Louis Roy, biologiste expert au ministùre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs (MELCCFP)

DĂ©tails
Description de la conférence

La capacitĂ© de support est la pression maximale qui peut ĂȘtre exercĂ©e sur un Ă©cosystĂšme sans porter atteinte Ă  son intĂ©gritĂ©. Puisque l’eutrophisation est le principal problĂšme affectant les lacs et que le phosphore est l’élĂ©ment nutritif limitant, l’opĂ©rationnalisation de la capacitĂ© de support est axĂ©e sur cette problĂ©matique. Elle comporte deux dĂ©fis scientifiques, soit de dĂ©finir un objectif de protection spĂ©cifique Ă  chaque lac et d’établir une concentration cible avec une charge admissible correspondante. Sa mise en Ɠuvre reprĂ©sente des dĂ©fis de gestion importants en ce qui regarde l’amĂ©nagement des activitĂ©s humaines.  

Louis Roy, biologiste expert au ministĂšre de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs (MELCCF), Direction de la qualitĂ© des milieux aquatiques et Direction gĂ©nĂ©rale du suivi de l’état de l’environnement 

Louis Roy est dĂ©tenteur d’un baccalaurĂ©at en gestion des ressources renouvelables, avec une spĂ©cialisation en biologie de la faune, et d’une maĂźtrise en sciences de l’environnement, avec une spĂ©cialisation en Ă©cologie aquatique. Il a travaillĂ© en gestion de la faune aquatique de 1983 Ă  1992. Il a occupĂ© entre 1992 et 2003 diffĂ©rentes fonctions reliĂ©es Ă  l’évaluation et au suivi de l’état des milieux aquatiques au sein du ministĂšre de l’environnement du QuĂ©bec. Il agit depuis 2004 comme biologiste expert dans l’équipe du suivi et de l’évaluation de l’état des lacs, dont il a Ă©tĂ© coordonnateur jusqu’à rĂ©cemment.

14 h 00

Pause

14 h 05

Programmes de science participative: zoom sur le RĂ©seau de surveillance des lacs (RSVL) et le programme Adopte un lac

par Manon Ouellet, coordonnatrice de l’équipe du suivi et de l’évaluation de l’état des lacs au ministĂšre de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs (MELCCFP)
et Dana F. Simon, coordonnatrice de recherche Ă  l’UniversitĂ© de MontrĂ©al 

DĂ©tails

Description de la conférence

Le RĂ©seau de surveillance volontaire des lacs (RSVL) est la principale source d’information sur l’état des lacs au QuĂ©bec. Il est axĂ© sur le suivi Ă  long terme de l’eutrophisation. BasĂ© sur une Ă©troite collaboration entre le MinistĂšre, les acteurs locaux et le milieu universitaire,le RSVL repose avant tout sur l’implication citoyenne et sur le transfert de savoir-faire et de connaissances dans les communautĂ©s. Cette confĂ©rence vous dira : OĂč en est le RSVL aprĂšs presque 20 ans d’existence? Quels sont les principaux dĂ©fis Ă  relever? Quelles sont les perspectives d’avenir?

Adopte un Lac est un projet de science participative qui encourage la surveillance axĂ©e sur les floraisons des cyanobactĂ©ries dans les lacs. Combinant des analyses faites in situ par des volontaires et des analyses faites en laboratoire pour les nutriments, cyanotoxines et gĂ©nomique nous allons prĂ©senter un tableau du programme entre 2018 et 2021. Les donnĂ©es font ressortir des sites affectĂ©s qui pourront ĂȘtre utilisĂ©s pour faire avancer les travaux de recherche sur la problĂ©matique des cyanobactĂ©ries.

Manon Ouellet, coordonnatrice de l’équipe du suivi et de l’évaluation de l’état des lacs au ministĂšre de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs (MELCCFP)

Manon Ouellet travaille au MinistĂšre de l’environnement depuis 30 ans et Ɠuvre au rĂ©seau de surveillance volontaire des lacs (RSVL) depuis le tout dĂ©but. Elle a contribuĂ© Ă  la mise sur pied du rĂ©seau et a coordonnĂ© les opĂ©rations et le service Ă  la clientĂšle pendant 15 ans. Elle a le RSVL tatouĂ© sur le cƓur et est un tĂ©moin attentif de son Ă©volution. Elle coordonne actuellement l’équipe d’analystes responsables du suivi et de l’évaluation de l’état des lacs dont l’expertise est mise au service des volontaires du RSVL pour amĂ©liorer les connaissances sur les lacs dans le but de mieux les protĂ©ger.

Dana F. Simon, coordonnatrice de recherche Ă  l’UniversitĂ© de MontrĂ©al 

Dana F. Simon en tant que gestionnaire de projet a dirigĂ© avec succĂšs un projet de recherche sur les cyanobactĂ©ries Ă  l’UniversitĂ© de MontrĂ©al. Depuis 2018, elle est responsable scientifique du programme de science citoyenne Adopte un Lac. Elle dĂ©tient une formation postdoctorale sur les biocapteurs mĂ©talliques dans les algues de l’UdeM, un doctorat en sciences de l’environnement de l’UniversitĂ© de GenĂšve (Suisse) et une maitrise en sciences biologies obtenue Ă  l’universitĂ© Concordia. Mme Simon possĂšde plus de 12 ans d’expĂ©rience en recherche appliquĂ©e et plus de sept ans en gestion de programmes. Depuis 2020, elle dĂ©tient sa certification Professionnel(le) en gestion de projet (PMPÂź). 

14 h 55

Pause

15 h 05

Suivi des communautĂ©s de macroinvertĂ©brĂ©s benthiques (benthos) : outil d’évaluation de l’état de santĂ© des cours d’eau

par Lyne Pelletier, biologiste au ministùre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs (MELCCFP)
et Alexandra GĂ©linas, coordonnatrice SurVol Benthos, Groupe d’éducation et d’écosurveillance de l’eau (G3E)

DĂ©tails
Description de la conférence

Cette confĂ©rence fera un tour d’horizon de l’utilisation des macroinvertĂ©brĂ©s benthiques pour Ă©valuer l’état de santĂ© des cours d’eau. Ce sera la dĂ©couverte de petits organismes peu connus vivant au fond des cours d’eau et des lacs, communĂ©ment appelĂ© benthos. Qui sont-ils? Pourquoi s’intĂ©resse-t-on Ă  eux? Les travaux rĂ©alisĂ©s avec cet indicateur biologique au MELCCFP seront prĂ©sentĂ©s par Lyne Pelletier.  

SurVol Benthos est un programme de surveillance volontaire de la santĂ© des petits cours d’eau gĂ©rĂ© par le Groupe d’éducation et d’écosurveillance de l’eau (G3E) et utilisant les macroinvertĂ©brĂ©s benthiques comme indicateur biologique. La dĂ©marche du programme ainsi que quelques exemples concrets d’utilisation des donnĂ©es seront prĂ©sentĂ©es par Alexandra GĂ©linas, la coordonnatrice du programme. 

 

Lyne Pelletier, biologiste au ministùre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs (MELCCFP)

Lyne dĂ©tient une maĂźtrise en Science de l’Environnement de l’UniversitĂ© du QuĂ©bec Ă  MontrĂ©al (UQÀM). Depuis plus 25 ans, elle se spĂ©cialise dans le suivi des Ă©cosystĂšmes aquatiques avec l’aide d’indicateurs biologiques Ă  la Direction de la qualitĂ© des milieux aquatiques (DQMA) du MELCCFP. À partir de 2003, elle s’est concentrĂ©e exclusivement sur les macroinvertĂ©brĂ©s benthiques comme indicateurs de santĂ© des cours d’eau. Elle coordonne depuis 2010 le rĂ©seau de suivi du benthos des cours d’eau (RSBenthos) du MELCCFP. Elle collabore depuis 2003 avec le Groupe d’éducation et d’écosurveillance de l’eau en partageant son expertise sur les macroinvertĂ©brĂ©s benthiques et leur utilisation pour le suivi volontaire des cours d’eau. 

Alexandra GĂ©linas, coordonnatrice SurVol Benthos, Groupe d’éducation et d’écosurveillance de l’eau (G3E) 

Alexandra possĂšde un baccalaurĂ©at en biologie et une maĂźtrise en biogĂ©osciences de l’environnement de l’UniversitĂ© Laval. Ses Ă©tudes et son expĂ©rience dans les domaines de la biologie, de la gĂ©omatique, de la gĂ©ologie, de la gĂ©ographie et de l’agroĂ©cologie lui permettent d’avoir une vue d’ensemble des Ă©cosystĂšmes et des processus qui les composent. Elle a pris les rĂȘnes du programme SurVol Benthos au G3E en 2020. Alexandra se passionne particuliĂšrement par le contact humain reliĂ© Ă  la coordination du projet, ainsi que par le monde fascinant des macroinvertĂ©brĂ©s benthiques et de leur Ă©cologie. Elle est d’ailleurs la personne-ressource au G3E en ce qui concerne les macroinvertĂ©brĂ©s benthiques.  

15 h 55

Pause

16 h 00

Lutte au myriophylle Ă  Ă©pis : l’heure est au bilan

par Jean-François Martel, directeur général du RAPPEL

DĂ©tails
Description de la conférence

L’éradication complĂšte du myriophylle Ă  Ă©pis est utopique, mais la plante peut ĂȘtre contrĂŽlĂ©e afin de maintenir ses populations Ă  un niveau acceptable et ainsi rĂ©cupĂ©rer les usages des plans d’eau. C’est d’ailleurs l’approche sur laquelle le RAPPEL travaille depuis 2010. Dans cette confĂ©rence, Jean-François brossera un portrait des actions menĂ©es dans les derniĂšres annĂ©es. Il soulignera les leçons que nous avons tirĂ©es des rĂ©ussites et des dĂ©fis rencontrĂ©s au fil des projets sur diffĂ©rents lacs quĂ©bĂ©cois et des Ă©changes avec le milieu de la recherche. 

Jean-François Martel, directeur général du RAPPEL

Titulaire d’une maĂźtrise en sciences de l’eau, Jean-François Martel cumule plus de 14 ans d’expĂ©rience en gestion de l’eau. Son cheminement professionnel lui a permis d’acquĂ©rir des connaissances multidisciplinaires essentielles Ă  la comprĂ©hension des enjeux environnementaux reliĂ©s Ă  la protection de la qualitĂ© de l’eau. Avec l’équipe du RAPPEL, il a supervisĂ© diffĂ©rents projets qui concernent l’ensemble des sphĂšres liĂ©es Ă  la protection des milieux aquatiques, notamment les projets de contrĂŽle du myriophylle Ă  Ă©pis.

16 h 50

Mot de clĂŽture

16 h 55

Fin du colloque

Tarification

Grille de tarifs pour le Colloque sur l’eau 2023

* Par « Association », nous entendons tout regroupement citoyen vouĂ© Ă  la protection d’un lac, cours d’eau ou milieu humide. Les associations membres peuvent inviter jusqu’Ă  10 personnes membres de leur CA Ă  assister au colloque gratuitement.

** Taxes en sus.

Modalités

Les visuels des prĂ©sentations en format PDF seront rendues disponibles aprĂšs l’évĂšnement (conditionnel Ă  l’acceptation des confĂ©renciers). Des pĂ©riodes de questions de 10 minutes suivront chaque confĂ©rence. Les membres du RAPPEL pourront Ă©galement adresser des questions Ă©crites aux confĂ©renciers aprĂšs le colloque. L’Ă©vĂšnement ne sera pas enregistrĂ©. 

Avantages membres

Par son modĂšle coopĂ©ratif, le RAPPEL rassemble et forme ses membres afin de les aider Ă  poursuivre leur mission de protection de l’eau. C’est pourquoi les membres de la coopĂ©rative bĂ©nĂ©ficient d’avantages supplĂ©mentaires.

Devenez membre du RAPPEL pour bénéficier de ces avantages lors de votre inscription au colloque :

  • Inscription gratuite Ă  l’Ă©vĂ©nement
  • PossibilitĂ© d’adresser des questions Ă©crites aux confĂ©renciers et confĂ©renciĂšres aprĂšs le colloque*

* Le RAPPEL se réserve toutefois un droit de regard quant aux questions qui seront posées, et écartera notamment les questions qui ont été répondues lors du colloque.

 

Consultez les pages des éditions précédentes: