La chlorophylle est le pigment le plus important chez tous les organismes capables de photosynthèse, notamment les algues microscopiques en suspension dans l’eau, qui composent le phytoplancton. Il existe différentes formes de chlorophylle, mais c’est la chlorophylle a qui est la forme la plus abondante dans le phytoplancton (à l’exception des cyanobactéries). 

Qu’est-ce que la chlorophylle a ?

La p

Comme la chlorophylle a est présente dans le phytoplancton, sa concentration dans les eaux d’un lac est une mesure indirecte de la quantité d’algues (biomasse phytoplanctonique) qui s’y trouve. C’est pour cette raison que la chlorophylle a est l’un des trois paramètres physico-chimiques qui permettent d’évaluer le niveau trophique d’un lac. 

La concentration de chlorophylle a est d’ailleurs directement liée à la concentration de phosphore dans les eaux d’un lac. Plus il y a de phosphore dans l’eau, plus le phytoplancton possède les nutriments pour se reproduire, et plus la chlorophylle a est abondante. 

Vous souhaitez en apprendre davantage sur les algues et les cyanobactéries? Consultez notre fiche information à cet effet!

Les algues ne sont pas distribuées uniformément dans un lac 

  • Les algues bougent avec les courants. 
  • La concentration maximale de phytoplancton se retrouve à environ 1 m sous la surface. 
  • Pour analyser la chlorophylle a, il faut prélever un échantillon sur toute la colonne d’eau de croissance des algues (méthodes du boyau) ou bien à 1 m sous la surface (méthode de la DSEE). 

Analyser la chlorophylle a

Pourquoi ?

Afin de déterminer le niveau trophique d’un lac (diagnostic de base et suivi) 

Où ?

Au niveau de la fosse du lac, dans la colonne d’eau où croit le phytoplancton. 

Comment ?

À partir d’un échantillon d’eau, faire analyser la concentration en chlorophylle a. 

Quand ?

Durant l’été, au moins deux campagnes d’échantillonnage sont nécessaires. 

Interprétation des résultats

La concentration de chlorophylle a à une moment précis

Chlorophylle a (µg/l)  Niveau trophique  TSI
< 3  Oligotrophe  < 40 
3 – 8  Mésotrophe  40 – 50 
8 – 25  Eutrophe  50 – 70 
> 25  Hyper-eutrophe  > 70 

 

TSI : Indice du niveau trophique calculé à partir de la concentration en chlorophylle a 

Au fil des saisons

Bloom de cyanobactérie dans une baie

Variation saisonnière typique de la concentration en chlorophylle a

  • Au printemps, le phosphore devient de plus en plus disponible et la température de l’eau augmente. Le phytoplancton, particulièrement les diatomées, se multiplie rapidement.
  • En début d’été, les diatomées sont consommées par le zooplancton qui devient de plus en plus abondant.
  • En août, les algues vertes et les cyanobactéries augmentent, mais elles sont peu consommées par le zooplancton.
  • À l’automne, la majorité du phytoplancton meurt.

Au fil des ans

  • La concentration et les patrons de variation saisonnière de chlorophylle a permettent de suivre le niveau trophique d’un lac.
  • Si le niveau trophique augmente avec les années, c’est que les apports en phosphore et en azote sont trop importants.
  • Un seul résultat ne permet pas de conclure à une amélioration ou à une dégradation. Il faut considérer plusieurs résultats, à différentes périodes, pour déceler des changements significatifs et voir s’il y a une tendance à long terme.
  • Les actions correctives apportées à l’échelle du bassin versant prennent plusieurs années avant de modifier la concentration en chlorophylle a à la fosse du lac.

À quel niveau d’eutrophisation se trouve votre lac? Le RAPPEL peut vous aider à dresser le portrait de ses différents paramètres physico-chimiques afin d’évaluer son niveau trophique! 
Consulter nos services pour plus de renseignements.